Pauvres aux Restos du coeur

Nicolas F. anime le blog « Itinéraire ». Il m’a envoyé ce texte. Il raconte une scène banale, trop banale: des pauvres viennent manger aux Restos du coeur »…

Paris, le Cours de Vincennes, proche de Nation. Il est un peu plus de 19h ce lundi soir, un camion blanc est garé sur l’allée centrale. À quelques mètres de là, quelques personnes attendent, sagement rangés derrière une ligne imaginaire.

Ce camion, c’est celui des Restos du cœur. Ces gens, ce sont des pauvres. Des gens qui n’ont pas assez d’argent, aujourd’hui, en 2007, en France, pour manger à leur faim, tout simplement. Le mot de pauvre est d’une simplicité extrême, leur réalité aussi. Ces gens ne rêvent pas, pour beaucoup ils n’espèrent plus ; ils survivent, au mieux.

Les bénévoles arrivent petit à petit. Souriants, bande chaleureuse d’hommes et de femmes qui prennent quelques minutes de leur vie, pas si simple non plus, pour aider les autres. Pour eux, la pauvreté est une réalité, elle a un visage, un nom même parfois. Ce visage, c’est celui de beaucoup d’étrangers venus vers un Eldorado qui n’a rien du paradis – ou alors, un paradis perdu. Ce sont des gens normaux qui un jour ne sont plus rentrés dans les grilles de productivité modernes. Des marginaux malgré eux. Ce sont malheureusement des habitués qui viennent ici, sous la pluie et dans le froid, comme les autres vont au restaurant. Le cadre est moins joli, la nourriture plus simple, mais l’idée est la même : manger, tout simplement. Vivre, enfin, essayer.

Le petit bal quotidien se met en place. Chacun à sa place, chacun dans son rôle. Mais ici, contrairement au monde réel, les gens se mélangent, se parlent même parfois. Les bénévoles déplient les tables, installent les poubelles, préparent les repas, servent les cafés, les céréales. Les pauvres sont organisés, résignés mais souriants, agressifs parfois. L’échange se fait dans la cordialité, dans le respect mutuel, dans l’écoute et l’attention. Tout le monde se presse, l’affluence diminue, les tables sont rangées. La place se vide. Il est un peu plus de 21 heures, tout s’est passé très vite. Les bénévoles repartent, un petit sourire aux lèvres, contents d’avoir aidé, conscient de la réalité. Les pauvres attendent le lendemain pour manger.

Advertisements

5 réponses à “Pauvres aux Restos du coeur

  1. Le monde tourne, la vie passe, les pauvres restent, les bénévoles bossent, les restos du coeur ouvrent, ferment, ouvrent, ferment, …

    22ème saison ?

    Cette misère est tellement dans notre quotidien qu’elle en devient presque normale.

  2. c’est bien-là le problème. On s’habitue, on se vaccine, on oublie que l’autre à côté a faim….Faim de nourriture mais faim aussi d’amour.L’Abbé Pierre, lui le savait. Il est mort, on va sur sa tombe, on lui porte des fleurs ……On fait sa petite prière….3 petits tours et puis s’en vont…On va porter sa bonne parole , la larme à l’oeuil. 3 petits tours et puis s’en vont car la vie n’attend pas……Tout le monde le sait..L’action de l’un justifie l’action de l’autre…
    A quand la grève mondiale des travailleurs. Ce jours-là , les employeurs profiteurs se rendront compte, peut-être que leur mensonges ne passent plus..Mais cela demande une VRAIE solidarité nationale et internationale.

  3. Christine,

    Oui ! Il est tant de se poser la question de la solidarité nationale… Ca fait 20 ans que pour nourrir les gens qui n’ont pas les moyens de s’acheter du steack haché, il faut que des BENEVOLES fassent appel à la CHARITE.

    A défaut de pouvoir organiser la société du travail pour supprimer la précarité, il faudrait organiser la société française pour que la solidarité nationale joue à plein.

  4. Si on était iconoclastes on dirait: les Restos du Coeur, l’Abbé Pierre permettent au pouvoir en place de dormir sur ses deux oreilles et de ne rien faire. Mais c’est plus complexe que ça.

  5. Dans un autre temps, c’était les nobles qui avaient leurs pauvres, les dames patronesses assuraient la pitance.
    Aujourd’hui, ils jouent en bourse, elles s’habillent en Prada et les pauvres se débrouillent pour être solidaires entre eux…
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s