Hypocrisie au sujet des sans papiers et des mal logés

Voici un texte proposé par Julien Tolédano. Ce blogueur socialiste est aussi l’initiateur du Café des blogs, rencontre de blogueurs politiques.

La question des sans-papiers et des mal-logés est le symptôme le plus grave des conséquences de l’action publique de la droite, qui mise autant sur un désintérêt public pour la cause que sur un changement de culture des services de police, dont le Gouvernement est directement responsable.

Pourtant, le président du DAL a été reçu par Christine Boutin, qui leur a promis monts et merveilles… Oui, mais la rencontre fut d’un cynisme tel que, dès les jours qui ont suivi, Jean-Baptiste Eyraud a été brutalisé par la police et, les familles qui occupent le pavé de la rue de la Banque ont été prises d’assaut par des CRS à 4 h 30 du matin, mercredi dernier.

Pourquoi la rue de la Banque ? Parce que le « ministère de la crise du logement », un squat récemment racheté par la Ville de Paris, se trouve là.

Ce qu’on ne saît pas, c’est que cette affaire à une antériorité: les policiers ont précédé à des arrestations massives (une « rafle », terme sur la polysémie duquel on continue de discuter, à tort), « préventives », le 3 octobre dernier, au métro Riquet. Il s’agissait d’empêcher le phénomène de gonfler, de même qu’en prenant d’assaut le campement de façon répetée, en déployant un cordon permanent de policiers à un mètre des tentes de survie, qui ont été pour la plupart arrachées et saisies sur ordre d’un procureur de la République, obéissant à sa ministre de tutelle, et à Michelle Alliot-Marie, plus répressive encore que ses prédécesseurs.

Des militants, séparés de force des familles au cours d’une opération de « désincrustation », témoignent:

 

« La première vague, ça a été des policiers en civil, avec des gants bleus, qui sont venus retirer les bâches, les couvertures et puis les affaires personnelles, les sacs et mêmes les chaussures, raconte Annie. Puis les CRS sont venus faire de la désincrustation . Ils ont pris les militants pour les séparer des familles.» Assis au milieu d’elles, Jean-Baptiste Eyrault et trois autres militants ont été extraits par les CRS. «Un civil a dit on interpelle , et ils sont tombés sur nous, raconte Bruno. Moi, ils m’ont collé contre le mur, et ils m’ont fait tomber, et puis ils nous ont plaqués au sol. Ils nous écrasaient le visage avec leurs bottes.» Bruno a les poignets rougis par les «serflex» – dits aussi «colliers de serrage». «Ils se sont mis à quatre sur Babar [surnom de Jean-Baptiste Eyrault]» »Ils l’ont tapé franchement ».
Où sommes-nous ? Au Chili ? Dans la Grèce des Colonels ?

La police n’a pas plus hésité à brutaliser une femme enceinte de 28 ans, réfugiée politique guinéenne, qui a reçu des coups de pied, a été déchaussée comme une malpropre au cours de l’opération, et s’est retrouvée à l’hôpital, transportée par les pompiers, pour une échographie de contrôle.

Le fond du problème est toujours le même: des familles obligées de payer 2 000 € mensuels pour loger dans des hôtels, dans des hébergements temporaires de fortune, sans eau chaude. Des solutions de survie indignes, malheureusement « massives », qui nous font honte par rapport au reste de l’Europe.

L’autre aspect est surtout de ne pas permettre que puisse se reproduire sous Monsieur Sarkozy une action comparable à celle des Amis de Don Quichotte, à l’hiver dernier, qui avait eu le malheur de plonger le nez des services de l’Etat dans la nullité de leur politique en faveur de l’hébergement et d’un appaisement de la spéculation sans limites sur les prix de l’immobilier, faisant un ramdame médiatique peu opportun pour la droite à quelques mois du premier tour.

Le fascisme rampant, il est dans l’interdiction faite aux familles ou à ceux qui les accompagnent de faire circuler des médicaments vers le campement, d’empêcher les gens d’assouvir leurs besoins naturels pendant plusieurs heures, dans les réflexions faites par les CRS quand ils se livrent à des violences, qui témoignent de l’indigence intellectuelle inquiétante des policiers ou gendarmes mobilisés sur des actions répressives ...

Advertisements

7 réponses à “Hypocrisie au sujet des sans papiers et des mal logés

  1. On croirait revivre version française , le révolte des moines en Birmanie..
    Mais oui , nous sommes France . J’ai honte , je me sens de moins en moins française.. Citoyenne du monde , et solidaires de l’Humanite.

  2. Le fond du problème me semble être, effectivement, que les autorités ne voient qu’une contestation de leur pouvoir dans l’organisation de la misère.
    Elles disent « instrumentalisation » alors qu’on leur demande d’agir. Elles se sentent agressées par la visibilité de problèmes habituellement cachés sous le tapis. Et elles pensent qu’agresser en retour découragera les miséreux de leur misère ainsi que ceux qui les aident.

    Alors certes, les « sans papier » contreviennent à la loi. Certes, les militants ne sont pas à l’abri des tentations de la provocation. Certes enfin, les forces de l’ordre ne sont pas recrutées sur des critères d’humanité et de compassion.

    Mais quand même, peut-on vraiment traiter l’humain ainsi, de ses mains ?
    Il faut continuer à se dresser contre les facilités de la barbarie, sans haine mais sans faiblesse.

  3. Il est vrais qu’il y a un changement de culture chez la police, encore que de longue mémoire, ça ne soit pas si flagrant que ça :les flics tuaient déja en 1961, les CRS violaient déja en 1968, et beaucoup moins loin les matraques de Jospin n’épargnaient pas plus sans papiers (dont beaucoup le sont devenus suites aux lois Chevenement) chômeurs et mal-logés.
    Il est plus que légitime et nécéssaire de condamner en actes et en écrits les volontés du gouvernement SarKozy
    Mais de là a donner l’absolution aux politiques de gauches qui ont gouvernés la France pendant des décénies, divisés les populations les plus pauvres a coup de rigueur, lois sécuritaires et destructions des droits des chômeurs et étrangers au point que le pays a doucement basculé vers l’extreme droite. NON !

  4. Entièrement d’accord avec toi Don Lorenjy.

  5. Ce qui est nouveau me semble-t-il, c’est cette forme directe d’intervention, là où jusqu’à maintenant il fallait attendre des semaines avant que l’Etat policier ne passe à l’action.
    Autre nouveauté : aucun journaliste, aucune caméra, aucune diffusion de ces interventions.
    Sur les plateaux du 20 heures, tout va bien ! :-))))

  6. Merci de l’avoir publié. J’en proposerai d’autres rapidement (chiche, par exemple: un texte ou un groupe de discussion Facebook sur la question de la faiblesse des salaires en France).

    Les salaires en France gelés depuis 25 ans: voilà qui s’ajoute à l’instabilité de l’emploi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s