Archives mensuelles : février 2008

Précarisation ordinaire: message sur un forum

Wildo tient un blog engagé (et qui a équilibre précaire dans sa blogroll).

Cette jeune femme relève un commentaire lu sur un forum de désirs d’avenir, avec une orthographe et une syntaxe chancelantes: « Difficulté à trouvé du travail endettement, vie chère… »

Lire la suite sur son blog.

Précarité: les femmes et les enfants d’abord

Excusez pour l’ironie du titre. Mais l’article que je viens de lire m’a choqué. Il concerne la précarité et la pauvreté des enfants en Europe.

Et pourtant je me suis levée tôt, une immersion dans le quotidien des travailleurs précaires par Elsa Fayner

(chez Kesjendi)

Et_Pourtant_Je_Me_Suis_Levee_Tot Je viens de finir de lire cette “immersion dans le quotidien des travailleurs précaires” qui est le récit de trois expériences d’emplois précaires sur une période totale de trois mois.

Bien documentée, cette alternance de récit et d’analyse est abreuvée par de nombreuses données chiffrées, pour un tour d’horizon forcément incomplet des visages de la précarité salariée. Et oui, le principe de l’immersion était par lui-même limitatif, mais ce n’est pas gênant.

Le tout nous emmène doucement vers la conclusion qui à elle seule résume ce que nous sentons tous : la précarité gagne du terrain, la précarité broie les individus. La précarité sert de prétexte à précariser encore plus.

Je conseille bien évidemment la lecture de cet ouvrage, et plutôt que m’épuiser en mots, je me permets d’en reproduire en partie la conclusion :

le travail dit “non qualifié” nécessite lui aussi des compétences en termes d’organisation, de sociabilité, de rapidité d’exécution, de gestion des contraintes et d’adaptation qui ne s’acquièrent pas immédiatement. Mais, en ces temps de chômage de masse, pas question de reconnaître ces qualifications, de les rémunérer, encore moins de les valider et risquer de fournir des possibilités d’ascension dans le métier. En ces temps de chômage de masse, mieux vaut agiter l’épouvantail de la précarité pour tous, renvoyer à la responsabilité personnelle, placer chacun en période d’essai permanente, pour mieux harmoniser par le bas. En présentant comme autant de fatalités l’instabilité de l’emploi, le déclin de la France et la nécessité de se retrousser les manches, il ne reste plus qu’à proposer généreusement quelques contreparties, de maigres garde-fous. Travailler plus… Rester tard le soir, se lever tôt… Tels restent les refrains.

Et pourtant, je me suis levée tôt… : Une immersion dans le quotidien des travailleurs précaires de Elsa Fayner – Editions du Panama – 172 pages – Prix public : 15 €

Belgique: forte précarité chez les jeunes

La précarité de l’emploi est très forte chez les jeunes travailleurs. Sur les 63 % de jeunes qui ont un emploi en Wallonie et à Bruxelles, seul un sur deux n’a pas trop de craintes pour sa sécurité d’emploi, selon les résultats d’une enquête présentés ce mercredi par « Les Jeunes CSC » et l’asbl « Fondation Travail-Université » (FTU).

En effet, d’après l’enquête, 37 % des jeunes travailleurs sont sous CDD (contrat à durée déterminée).

Les CDD et temps partiels concernent le plus souvent les femmes (41 % en CDD et 19,7 % en temps partiel) que les hommes (33 % en CDD et 7,3 % en temps partiel) alors que les femmes sont en moyenne plus diplômées.

L’étude révèle également que le diplôme reste une garantie contre l’insécurité professionnelle mais qu’il n’est pas suffisant. « En début de carrière, le fait d’avoir un diplôme d’études supérieures n’a pas d’influence sur le statut (CDI ou CDD) ou sur le contenu (responsabilité) du travail », explique Claire Delobel, des Jeunes CSC.

(source: RTL)

Aide à domicile: précarité de l’emploi et problèmes de recrutement

Malgré un essor quantitatif « indéniable », les services à la personne restent des emplois précaires et peu rémunérateurs, souligne le CERC (Conseil pour l’emploi, les revenus et la cohésion sociale) dans un rapport publié aujourdhui.

« Ce sont souvent des emplois très féminisés, à bas salaire », « souvent à temps très partiel », avec « fréquemment plusieurs employeurs (47%) », occupés par des femmes sans qualification, celles-ci souhaitant « fréquemment travailler davantage », selon le CERC.

Dépeignant la « forte précarité du statut des salariés du secteur », le rapport pose en filigrane la question suivante: comment trouver des recrues pour un secteur mal rémunéré qui n’ouvre pas de perspectives de carrière?

Le CERC est présidé par l’ancien ministre socialiste Jacques Delors.

AFP 

Artistes : une précarité choisie ?

Dans un dossier de la revue belge Politique, le précariat est envisagé sous toutes ses formes. La condition des artistes en fait partie.

L’auteur, Julek Jurowicz, s’interroge: « On pourrait s’étonner qu’on nous demande de parler de la précarité des activités artistiques dans un numéro consacré à la précarité en général parce que la précarité en milieu artistique est, dans la plupart des cas, une précarité choisie et assumée alors que dans les autres secteurs la précarité est imposée par les circonstances économiques et subie par les travailleurs, qui n’ont aucun moyen pour y remédier et peu pour s’y soustraire. »

Précarisation croissante. « Ces dernières années, les activités artistiques attirent de plus en plus de candidats tant dans les différents domaines, secteurs et disciplines de création que dans les métiers qui relèvent de l’interprétation, des aspects techniques de la création. L’essor des secteurs du film, du théâtre, de la danse, des arts de la rue, de la musique, du livre et de la littérature ainsi que des arts plastiques provoque en outre le développement de circuits diversifiés de financement, de production, de diffusion et de promotion eux-mêmes générateurs d’emplois, le plus souvent tout aussi précaires que les métiers artistiques eux-mêmes. »

Précarité choisie? « Cet engouement pour une vie professionnelle basée sur des activités fondées sur des projets ponctuels apparaît également dans des secteurs non artistiques tels que le journalisme, le photo-reportage, la traduction, l’animation… D’autres secteurs marginaux liés à l’expansion des activités dites de bien-être constituent, eux aussi un pôle d’activité en croissance. »

A lire aussi: 

Le précariat, entre contrainte et liberté

Qu’est-ce que le précariat? 

Voyage au pays des précaires rebelles  

Gwenn, la ‘ chômarde ‘ à la dent dure

p753040d558643g_px_470__w_ouestfrance_.jpg

Un article d’Ouest France, signalé par une lectrice.

Caissières et CAC 40

Une discussion houleuse en commentaire de ce billet

Les travailleurs pauvres, rouage de la prospérité japonaise

(Nicolas)

« Alternant les petits boulots, logés dans des dortoirs et appelés pour n’importe quelle tâche au pied levé, les travailleurs pauvres du Japon sont des victimes de la précarité qui alimentent, de plus en plus, la prospérité économique du pays.« 

Voir la suite de cette dépêche AFP… qui serait très bien transposable par chez nous !

« les agences de placement de cette main d’oeuvre précaire ont pullulé, surfant sur la déréglementation du marché du travail et la politique de réduction des coûts des grandes entreprises« 

Photo parlante

exploite_dh1201765664.jpg
Photo trouvée sur le blog Le chasse clou.