Précaires et statutaires unis contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Diplômés, déclassés, prolétarisés, invisibles et souvent exploités, certains parmi nous sont en grande précarité, et tous les autres savent qu’elle n’est pas bien loin.

Nous devons obéir aux petits chefs et autres pontes locaux qui tiennent laboratoires, universités, départements, ministères et même associations. Nous avons donc décidé de relever la tête pour créer un dialogue, élaborer un réseau, construire les solutions concrètes à nos problèmes de précarité au quotidien dans les laboratoires et les universités mais aussi face à l’état qui nous emploie en dehors du droit commun, nous déqualifie, nous requalifie et nous disqualifie. Nous sommes décidés à faire face aux sous-traitants du savoir qui nous exploitent dans les laboratoires, les universités, l’industrie ou les services.

Officiellement les précaires représentent 1/4 des personnels de l’ESR (Enseignement Supérieur et de la Recherche) sans compter les doctorants et ceux qui travaillent au noir. Les réformes actuelles visent à augmenter ce chiffre en renforçant l’arbitraire hiérarchique et administratif qui prévaut de plus en plus souvent pour accéder aux postes statutaires et aux conditions d’exercices les plus élémentaires. Le gouvernement utilise la précarité comme un moyen insidieux pour fragiliser encore l’ESR et soumettre ses acteurs.

Le système actuel est basé sur l’exploitation de personnes soumises à une pression constante relayée par les hiérarchies locales sur des contrats courts (13 et 6 mois en moyenne au CNRS pour les contrats de post-doc et d’ITA respectivement), illégaux (sans couverture sociale, cotisation retraite, …) ou inexistants. Le gouvernement se targue de mettre la recherche au premier plan de ses préoccupations mais n’attribue des moyens financiers importants que pour mieux soumettre l’ESR au politique. Ainsi l’ANR, machine infernale à CDD, est dotée de 955 millions € en 2008 et le Crédit d’Impôt Recherche, généreux cadeaux à l’industrie, devrait coûter 3,2 milliard d’€ l’an.

La destruction programmée de l’ESR publics montre la volonté du gouvernement à mettre fin à de nombreux secteurs du savoir « trop peu rentables », comme l’archéologie ou les lettres classiques, qui seront reléguées au bon vouloir du mécénat.

C’est aussi la fin annoncée des chercheurs autonomes, demain experts aux ordres, contraints de rendre des comptes à leurs puissants bailleurs de fonds bien avant d’en rendre à la société. C’est l’officialisation du règne de l’arbitraire dans les EPST (établissements publics à caractère scientifique et technologique, CNRS, …) et les universités (présidents et autres barons locaux) avec l’impossibilité d’avoir une recherche libre et fondamentale déjà très affaiblie. La recherche guidée par le bien commun et le service public doit passer avant les petits intérêts privés.

Lire la suite sur le site du collectif papera

Publicités

3 réponses à “Précaires et statutaires unis contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche

  1. Juste combat… Bon weekend

  2. Merci d’avoir relayé l’info.
    Vous êtes les bienvenus aux réunions, manifs et actions…

  3. Suite à un premier dossier anti-précarité publié début septembre, nous (NB) sommes preneurs d’autres textes, à déposer auprès de l’équipe de rédaction de notre revue mensuelle, « L’Emancipation syndicale et pédagogique » (NB).

    A déposer avant le 15 septembre pour le N° d’octobre … etc…

    (NB)
    Courriels =
    ; redac.emancipation@free.fr ; emancipation.17@wanadoo.fr ;
    quentin.dauphine@free.fr ; amadei.henri@wanadoo.fr ;
    Site =
    http://www.emancipation.fr

    Ce premier volet de dossier anti-précarité, de 12 pages, peut vous être envoyé en vous adressant à ; amadei.henri@wanadoo.fr ; henri.amadei@laposte.net ;
    A critiquer, compléter, … Merci

    Henri Amadéi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s