L’Invisibilité sociale

Signalons ce livre de Guillaume Le Blanc, l’Invisibilité sociale.

Guillaume Le Blanc est philosophe. Il aborde la questionde la précarité sous l’aspect de la visibilité et de la reconnaissance sociale.

Ses références vont de Honneth et Judith Butler à Ricoeur. Mais aussi à Ralph Ellison, l’auteur de l’Homme invisible.

« La précarité dramatise la vulnérabilité, elle lui confère l’imminence de la possibilité de la blessure, laquelle se situe non seulement dans les noueds de dépendance à l’égard des vies voisines, mais aussi dans un élargissement qui peut être tragique, sucité par les heurts infligés par les vies inconnues. […] Précarité, vulnérabilité et violence s’enchainent ainsi dans une série qui fait signe vers la fragilité de l’humain et permet de comprendre, implicitement, l’un des creusets de l’invisibilité. Car une vie est sans garantie du fait qu’elle est fondamentalement hors de soi, attachée à des dépendances qu’elle ne peut éliminer sans annuler tous ses régimes d’ouverture au monde et aux autres. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s