« Je déteste la commisération et l’exotisme social dans lesquels vont se vautrer ceux qui liront tous ces témoignages »

A lire, cet article du Monde, « Vivre avec le Simc demande beaucoup de débrouille »

Il y a longtemps que je ne regarde plus ma fiche de paie. Je la laisse dans son enveloppe et la range avec les autres. Elles s’accumulent dans un tiroir de la cuisine. Inévitablement, je sais qu’elle affichera le même salaire que le mois précédent : 1 055 euros.

Je déteste par avance la commisération et l’exotisme social dans lesquels vont se vautrer ceux qui liront tous ces témoignages. Mais il faut bien parler ; il faut dire cette expérience. Pour les journalistes, ce n’est qu’un marronnier qui annonce l’hiver. Pour moi, c’est une forme de vie. Et c’est la mienne.

Je suis caissière dans un hypermarché de province. J’ai 35 ans. Mon hypermarché fait en moyenne plus d’un million de chiffre d’affaires par jour. Dès le 7 du mois, je suis à découvert. Une fois que j’ai payé l’assurance de la voiture, l’essence, une petite complémentaire santé, le loyer de mon 25 m², l’assurance de ce logement, l’électricité et l’abonnement portable-Internet, je n’ai quasiment plus rien. Il faut manger aussi.

Seuls ceux qui connaissent cette forme de vie peuvent comprendre l’expérience de l’arbitrage inlassable et du calcul permanent. Je ne connais plus (mais les ai-je déjà connus ?) les petits excès – un livre, un cinoche, un restau, une fringue de marque – que l’on s’offre de temps en temps, en souriant, « parce qu’il faut bien se faire plaisir et qu’on n’a qu’une vie ». J’accepte cette vie ordonnée et triste. Je crois que je ne crois plus en la justice.

  • Nous sommes heureux car nous sommes ensemble, par Audrey C.

Je suis maman solo de deux enfants. Je vis au smic depuis cinq ans. J’ai privilégié le confort de l’habitation. Je vis dans une maison avec trois chambres et un jardin, en location. Avec un loyer élevé et des charges qui le sont aussi, les loisirs sont restreints. On sort très peu les week-ends. Je n ‘ai pas le droit aux aides sociales car il faut toucher moins que le smic. Dès qu’il y a des problèmes de voiture ou des grosses factures qui arrivent, c’est dur. J’ai un prêt de consommation et je puise trop souvent dedans. Pour les courses, j’arrive à dépenser moins grâce au hard discount mais pour le reste (mutuelle, assurances, électricité, essence…), c’est dur de pouvoir tout payer avec si peu.

Pour vêtir mes enfants, j’achète des vêtements d’occasion grâce aux vide-greniers ou sur Internet, via des petites annonces. Pareil pour les meubles, l’électroménager. Des amis nous font des dons. Pour Noël, j’ai pris des jouets d’occasion. Les vacances, mes enfants ne connaissent pas. Malgré toutes ces difficultés financières, ils sont heureux car nous sommes ensemble, nous avons chacun une bonne santé et il y a beaucoup d’amour qui fait que l’on se sent plus riche humainement. Mais quand je me retrouve seule dans ma chambre, je me mets à pleurer en pensant à notre vie de misère et comment s’en sortir afin que leur avenir soit meilleur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s