Mort d’un précaire

Aujourd’hui, le journal Ouest France m’apprend le décès d’un journaliste âgé de 47 ans. L’article, illustré d’une photographie, est publié dans les pages locales.

Je connais un tout petit peu cet homme, car je l’ai côtoyé pendant quelques jours, à l’occasion d’un job précaire qui avait bien peu de rapport avec le journalisme.

Nous avions échangé. Il m’avait dit qu’il n’espérait plus travailler dans le monde de la radio, où il avait travaillé des années. Aujourd’hui le secteur a beaucoup changé, il n’emploie plus autant d’animateurs et de journalistes m’avait-il dit.

Ouest France nous dit qu’il a consacré vingt années de sa vie professionnelle aux radios locales et nationales. Il m’en avait parlé, évoquant avec passion l’époque des radios libres.

Comme je l’ai dit, il n’espérait plus travailler à la radio. J’ai cru comprendre qu’il était devenu un précaire, occupant des jobs comme celui au cours duquel je l’ai rencontré.

Je l’ai croisé, quelques mois plus tard. M’a-t-il reconnu? Nous ne nous sommes pas adressé la parole. Avoir été collègue pendant quelques jours ne laisse pas suffisamment de trace dans la mémoire.

Aujourd’hui, j’ai une pensée pour cet homme et sa trajectoire.

Publicités

2 réponses à “Mort d’un précaire

  1. Triste nouvelle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s