Archives d’Auteur: monsieurpoireau

Le monde mondialisé [misère sans frontières !]


Le monde est maintenant mondialisé.

Ce n’est pas venu tout seul. Les frontières, les taxes de douane, tous les obstacles au commerce ont été levés un par un par les gouvernements successifs.

Politiciens de tous les pays, unissez-vous.

Tu peux maintenant acquérir du tee-shirt chinois, du café brésilien ou de la coke colombienne avec la certitude de n’enrichir aucun Etat [donc aucun peuple].

Plus rien entre le producteur et le consommateur.

Tu peux trouver de la voiture indienne garantie cent pour cent issue de capitaux privés. Du low-cost fabriqué par des pauvres, payés comme des miséreux pour satisfaire les besoins de ton bas salaire.

Cela ne vous semble-t-il pas étrange que dans ce monde tellement défrontiérisé, internationalisé, ce merveilleux mic-mac de la mixité mitoyenne, au milieu de cette noria des marchandises en transit, quelqu’un limite les déplacements de la population humaine ?

Comme des bêtes d’Afrique au soir couchant qui marchent vers les mares où se désaltérer, les troupeaux d’hommes vont où se nourrir reste possible. C’est une question de survie ou d’ambition.

Et quelqu’un les parque, les met en réserve pour plus tard, peut-être. Quand son propre bétail sera devenu trop vieux et donc trop peu rentable…

Le cirage [une signature à la gomme !]


Nécessaire à cirage, 6 pièces [en vente
sur ebay]
C’est amusant, cette situation. C’est là sous nos yeux et on ne le remarque même plus, habitués que nous sommes à ne plus penser en perspectives.

D’un côté Monsieur Gautier-Sauvagnac dont on ne sait pas trop ce qu’il a fait des quelques dix-sept millions d’euros sortis en liquide des comptes du Patronat Français [et le Prolétariat Français, il est où ?]. Même qu’on soupçonne le bel argent d’argent d’avoir terminé sa course dans les poches des responsables syndicats en échange de signatures complaisantes.

Ils se sont fait, parait-il des gonades en métal précieux.

Et de l’autre, on a les mêmes syndicat [sauf la CGT] qui profitent des soldes en cours pour purger le code du travail de toutes ces pécadilles qui empêcheraient le marché du travail de fonctionner. Genre, tu signes un contrat à durée indéterminée mais dont la fin sera choisie par ton chef sans négociation ni droit de protester.

On a éteint par avance tout risque d’incendie social.

Mais tu pourras garder ta mutuelle et toucher le RMI plus longtemps. Tu seras au chomdu, plus personne ne voudra de toi, tu perdras un par un tes amis, tu seras un chomeur libre dans une marché du travail libéré.

Sans souligner que la signature qui met à mort notre législation sociale, provient des mêmes syndicalistes dont l’ensemble des députés UMP et Ministres de la Cour récusaient le droit de grève, il y a quelques mois à peine. Notamment du fait de leur peu de représentativité des travailleurs du pays.

Ce sont les mêmes dont on cire aujourd’hui les pompes pour leur sens de la modernité et la souplesse de leur échine [sauf la CGT].